Anthologie

Le plaisir de lire, la passion de découvir ~~ Viens écrire ta vie & découvrir celle des autres ! :)
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 When demons awake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lagile
Super Lagile, traqueuse de faute en chef !
Super Lagile, traqueuse de faute en chef !
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 22/08/2010
Localisation : Devant mon ordi ou sur mon lit.


MessageSujet: When demons awake   Ven 27 Aoû - 0:31

Alors, à mon tour de poster un texte à moi – oui, je ne l'ai pas piqué ailleurs, je vous rassure, quand même... –, histoire que vous puissiez me lancer des tomates féliciter chaleureusement. Précision qui peut être utile : ceci est une histoire gore, avec une bonne scène de torture – j'ai écrit ça à la base pour Halloween, oui, ça date de quasi un an –, donc, pour celles et ceux qui craignent, ne lisez pas. Smile

*
**
La nuit venait à peine de tomber sur Légendia, seuls quelques rayons de lumière parvenaient à contourner les obstacles. Peu de maisons étaient allumées, tous préférant conserver un minimum de chaleur en fermant les volets. Quelques bougies, par ci par là, étaient allumées. Normal, pour une fête des lumières, pensa la jeune femme.
Aliénor n'était pas connue pour être une froussarde, loin de là. Il y a longtemps, elle avait débarrassé le pays du Magicien Noir grâce à d'anciennes formules que le Père Céver lui avait confié, lui-même n'osant pas s'en servir. Mais ce soir là, elle n'était pas rassurée. « Personne ne sort à cette heure là, et pourtant, je suis sûre d'entendre marcher... » Au cas où, elle accéléra le pas pour regagner au plus vite son logis et profiter d'une bonne infusion bien chaude.
Tac, tac, tac... « Qu'est-ce que c'est encore ? » Elle fit demi-tour, mais rien n'apparaissait entre les flocons de neige. « Ma pauvre fille, tu deviens folle... »
Tac, tac, tac... La jeune femme commençait à courir, plus rassurée du tout. La peur... un sentiment horrible, qui peut donner des ailes ou au contraire paralyser entièrement; dans son cas, elle lui permettait pratiquement de voler par-dessus les pavés de la ruelle. En fait, ce n'était pas qu'une impression, elle ne posait plus le pied par terre : Aliénor venait bel et bien d'utiliser un sortilège sans même s'en rendre compte.
Et soudain, Aliénor chuta. Elle avait des bouffées d'angoisse, craignant d'y laisser la vie si elle était attrapée, mais rien à faire, elle ne parvenait pas à se remettre debout. « C'est toujours au plus mauvais moment que ça arrive... » songea-t-elle. Et elle se mit à rire, du rire de la personne qui se sait condamnée. Et ce fut le trou noir.
***
La jeune femme se réveilla dans une pièce étrangement familière. « Où suis-je ? » furent ses premières pensées. Elle tenta d'appeler à l'aide, mais elle se rappela sa chute et ne trouva pas normal d'être passée d'une ruelle sombre à une pièce chauffée.
Une ombre passa dans son champ de vision, bien trop rapide pour être reconnue. Elle tenta de bouger, et vit qu'avec de tels liens autour des articulations, ce serait difficile... voire impossible.
« Bonsoir Aliénor, fit une voix grave derrière elle. Enfin réveillée, à ce que je vois.
La sorcière tenta de bouger la tête, mais une douleur lancinante l'arrêta aussitôt. « Cette voix... Non, cela ne peut être lui... »
— Comment va mon ennemie favorite ? Au plus mal, je dirais. Il faut dire que Gentil Troll a eu la main lourde, si je puis me permettre.

À ces moments, Aliénor savait très bien ce qu'elle risquait, mais son audace prit malgré tout le dessus :
— Il faut dire qu'avec de telles amitiés, il serait difficile à ton ami... Enfin, je devrais plutôt dire esclave, de s'éduquer...
— Tiens, tu réponds désormais ? Cela me facilitera la tâche, au moins, je saurais quand tu trépasseras...
— Tu ne sais pas ce que tu risques à me provoquer ainsi...
— Eh bien si, et j'ai même prévu de quoi pimenter un peu le jeu.

Les liens qui encerclaient ses poignets et ses chevilles se défirent, lui permettant de se mettre debout. Elle se redressa aussitôt, sachant que cette fois, ce serait une lutte jusqu'à la mort. Dans le regard du Magicien brillait la haine qu'il ressentait pour la demoiselle. Cette dernière se rendit rapidement compte qu'elle était trop affaiblie pour se défendre réellement. Avant même que sa pensée ne se finisse, un poignard lui transperça la main gauche. Du sang coulait sur sa robe, mais ce n'était pas son problème. La douleur était insoutenable, et la jeune femme tomba à genoux, commençant à pleurer.
— Je t'ai connue plus combative. Relève-toi ! lui ordonna-t-il.
Ne la voyant pas s'exécuter, il lança un second poignard, qui lui coupa le tendon d'Achille. Aliénor hurla, les larmes ruisselant sur ses joues. L'homme se rapprocha d'elle et lui prit le menton entre les doigts :
— Et maintenant, penses-tu toujours être la meilleure de nous deux ? Regarde ce que tu es devenue : incapable de te défendre. Très bien, j'accepte de te laisser en vie si tu renonces à la magie et m'offres tes connaissances.

La jeune femme eut un faible sourire avant de s'évanouir à nouveau.
***
Aliénor reprit ses esprits, à nouveau attachée sur la table, le Magicien Noir tranquillement assis en train d'affûter un imposant couteau. Elle déglutit, songeant qu'il ne la relâcherait pas...
— Tiens, de nouveau parmi nous ? Reprenons où nous en étions dans ce cas...

Il se dirigea vers elle, gardant son couteau en vue. La lame étincelait à la lumière des bougies, montrant qu'elle avait été forgée récemment...
— Avoue que tu aimerais savoir où j'ai pu me procurer ce coutelas... Pendant toutes ces années où je fus banni, j'ai pu préparer ma vengeance et créer tous les outils dont je pourrais avoir besoin le moment venu. Savais-tu qu'il y avait un gisement de fer très intéressant dans ces montagnes ?

Il se mit à rire, donnant des frissons à la sorcière, puis s'approcha d'elle et fit glisser la lame sur sa gorge. Elle frémit au contact du métal. Il continua et fit une légère incision avant le manubrium afin de tester sa lame. L'entaille devait être satisfaisante, puisqu'il continua à chercher des endroits où couper. L'homme tournait lentement autour de la table, semblant choisir avec soin. Il s'arrêta finalement vers le visage de la jeune femme, dévoilant un sourire carnassier. Il enfonça son arme dans le bois de la table, juste à côté de son oreille droite. Aliénor ferma les yeux, espérant que ce n'était pas encore le moment.
— Alors, on commence à se demander si on a bien fait de se promener ? lui glissa-t-il. On veut sa maman ?

La jeune femme frissonna à ces mots, sachant très bien qu'il irait jusqu'au bout. Elle essaya, imperceptiblement, de bouger, mais rien à faire, les liens étaient résistants et son tendon sectionné la faisait souffrir.
— Oh, à peine arrivée et tu veux déjà me quitter ? Aliénor, je pensais que nos retrouvailles te procureraient bien plus de plaisir.

Il reprit son couteau en main et se dirigea vers les pieds de la sorcière. Il la déchaussa et lui effleura la voûte plantaire avec son arme, tandis qu'elle tentait de se débattre. Elle savait bien que même en l'implorant, il ne s'arrêterait pas. Il ne lui restait plus qu'à se résigner à mourir et à espérer que cela se ferait rapidement, pour ne pas sentir la douleur... Le Mage dut voir son front se plisser, puisqu'il ajouta dans un éclat de joie malsaine que son calvaire durerait longtemps...
Il s'arrêta et lui prit le pied qu'il maintenait appuyé contre la table. De l'autre main, il débuta une incision entre deux doigts. La sorcière tentait de retenir son cri, mais les larmes ruisselaient sur ses joues. À ce moment là, le Magicien Noir s'arrêta et lui coupa le doigt d'un coup sec.
— Tiens, toujours pas de cri ? Tu t'améliores, il y a quelques années, tu n'en aurais pas été capable.

À nouveau, il avança vers le visage de la jeune femme, et sans plus attendre, il s'attaqua à la commissure des lèvres, faisant pénétrer la lame et tirant jusqu'aux pommettes. Et aussitôt, il fit de même de l'autre côté, la sorcière ne pouvant réellement rien faire sans ses mains.
Aveuglée par la douleur, elle hurla, aggravant les déchirures qu'il venait de créer. Le goût du sang, de son propre sang... Elle n'en pouvait plus, elle attendait la mort, mais le mage ne l'entendait pas ainsi.
La lame pénétra d'un coup sec dans son avant-bras, lacérant les chairs et arrachant à nouveau un cri à la victime. Il remua le couteau dans la plaie, afin d'augmenter le supplice, coupant au passage quelques tendons et nerfs. Il asséna un deuxième coup dans la cuisse, qui eut les mêmes effets. Rien à faire, elle ne pouvait rien dire sans augmenter son supplice. Un sourire sadique éclaira la face de son bourreau, qui visiblement, attendait ce moment depuis longtemps.
« Pitié, faites que ça se finisse, je ne veux plus souffrir... Pitié ! » Aliénor pâlissait à vue d'œil, son sang se répandant sur la table et gouttant peu à peu par terre.
Le Mage continuait à chercher des endroits sensibles où il pouvait frapper sans la tuer.
— J'avais oublié à quel point tu avais de beaux yeux, Aliénor... Mais ne t'en fais pas, ça ne durera pas, dommage pour toi, lui sussura-t-il.

Elle comprit aussitôt la suite des évènements. Elle sentit la lame se glisser entre l'œil et l'os, déchirant en partie la paupière, avant de le faire sauter hors de l'orbite.
— C'est fou comme nos sens ne tiennent qu'à peu de choses, n'est-ce pas ?

La sorcière vit la pointe du couteau se rapprocher et brusquement, s'enfoncer, ne laissant place qu'au noir et à la douleur. Le sang coulait à flots tandis qu'elle hurlait, persuadée que ses poumons ne supporteraient pas un autre cri. Ploc, ploc, ploc...
***

Toc, toc, toc... Aliénor se réveilla en suffocant, craignant d'agrandir ses lésions. Elle était persuadée que le Magicien Noir était ici, tapi dans un coin de la pièce et armé de sa lame... Elle réalisa qu'elle était chez elle, enveloppée dans sa couverture. Un hibou tapotait à la fenêtre, un message accroché à la patte. Elle se précipita pour le récupérer, caressant distraitement l'oiseau tandis qu'elle lisait. On était le huit décembre, peu de temps avant l'aube...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


« Fais de ta vie un rêve et d'un rêve une réalité. » Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flygon
Propriétaire de Vincent & Josh
Propriétaire de Vincent & Josh
avatar
Messages : 184
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 23
Localisation : Ranch de Pandas


MessageSujet: Re: When demons awake   Ven 27 Aoû - 0:41

Tellement bien écrit mais tellement insoutenable, désolé mais j'vais devoir commenter un autre texte ma cousine xD

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"More and more i find myself wondering, if it's all worth fighting for.
Maybe one day, i'll find out."
Chris Redfield

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nomnomnom.eklablog.fr/
Laur
Nouvelle recrue
Nouvelle recrue
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 22
Localisation : Un lieu beaucoup plus haut que le paradis et les étoiles


MessageSujet: Re: When demons awake   Ven 27 Aoû - 6:47

C'est vraiment gore hein xD Et pourtant j'ai tout lu [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] (oui,je suis dingue si vous vous le demandez encore). Enfin, c'est assez horrible, parce que je le visualise en train de faire le sourire de l'Ange, et je trouve ça assez ignoble quand même x)
Mais sinon, c'est bien écrit... Tellement bien que je me mets à la place d'Aliénor tout le long du texte, brrrr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lagile
Super Lagile, traqueuse de faute en chef !
Super Lagile, traqueuse de faute en chef !
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 22/08/2010
Localisation : Devant mon ordi ou sur mon lit.


MessageSujet: Re: When demons awake   Ven 27 Aoû - 22:04

Fly (cousin si tu préfères) : je ne t'en veux pas, j'avais prévenu que j'avais été assez atroce dessus. Smile

Laur (l'une de mes nombreuses sœurs) : de même, c'est sûr que c'est gore – pour l'anecdote, l'ami qui a servi de relecteur m'a donnée la carte des psychopathes anonymes en me qualifiant d'« atroce » ! –, mais c'était le but. J'espère juste que tu ne finiras pas en train de cauchemarder... Et merci pour le « bien écrit ». Smile

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


« Fais de ta vie un rêve et d'un rêve une réalité. » Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: When demons awake   

Revenir en haut Aller en bas
 

When demons awake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anthologie :: ~ Vie de forum ~ :: Ecriture-